Wasmannia auropunctata

(little fire-ant, petite fourmi de feu, fourmi électrique en Nouvelle-Calédonie)

Alain Lenoir - Mis à jour le 07-Mai-2021

Wasmannia est originaire d'Amérique tropicale, elle a envahit de nombreuses îles du Pacifique y compris les Galapagos. En présence de Wasmannia le nombre d'espèces de fourmis chute complètement, elle représente 90% à 99% des fourmis quand elle est présente. Elle monopolise les sources de nourriture, il est possible que les autres espèces crèvent de faim. Elle subit de fortes variations saisonnières comme les autres fourmis. Elle ne colonise pas la forêt dense complètement car elle préfère les milieux ouverts, elle pénètre à 30m dans la forêt, mais en 2 ans arrive à 70m. Elle se déplace avec l'homme uniquement. Une autre espèce pantropicale, Pheidole megacephala est un compétiteur efficace, mais elle pose un problème car elle est nuisible pour les cultures - voir la thèse d'Hervé Jourdan 1999.

Voir la distribution de cette espèce dans (Wetterer and Porter 2003; Foucaud et al. 2010). Elle a été introduite au Gabon pour la lutte biologique (Wetterer and Porter 2003; Ndoutoume-Ndong and Mikissa 2007) mais en forêt les Tetraponera sont capables de lui résister (Mikissa 2010). Elle se reproduit par bouturage et parthénogénèse (Fournier et al. 2005, voir la thèse de Julien Foucaud). En Israël il y aurait eu une seule invasion (Vonshak et al 2009).

Cette fourmi a aussi été introduite en Nouvelle-Calédonie en 2004 où elle fait disparaître les fourmis locales. La Nlle-Calédonie compte 80% de flore endémique, pas de mammifères, 62 espèces de Reptiles (dont 87% endémiques) et un monarque endémique. En présence de Wasmannia le nombre d'espèces de fourmis chute complètement, Wasmannia représente 90% à 99% des fourmis quand elle est présente. Elle ne colonise pas la forêt dense complètement car elle préfère les milieux ouverts, elle pénètre à 30m dans la forêt, mais en 2 ans arrive à 70m (voir la thèse de Hervé Jourdan, 1999). La Nlle-Calédonie s'est détachée il y a 80 millions d'années. Malgré des tentatives d'éradication récentes (on ne dit pas avec quel produit ..) elles se multiplient à nouveau moins de 2 ans après et il est sans doute déjà trop tard pour stopper l'invasion (tahiti.info 2017). "Elle est petite mais dur à cuire. La fourmi électrique, présente en Polynésie, en Nouvelle-Calédonie et aux Antilles est un véritable fléau. Sa piqûre fait l’effet d’une décharge électrique. En Nouvelle-Calédonie, elle a provoqué l’arrêt de la culture du café soleil. Quand des fourmis électriques s’installent dans une forêt, elles font fuir les autres espèces. Tous ces petits insectes qui ne peuvent pas bouger comme les grillons ou les cigales. Quand les fourmis électriques arrivent, elle va éliminer tout le monde. Et quand on rentre dans un habitat monopolisé. C’est un milieu silencieux et là on est dans un habitat silencieux. C’est plutôt inquiétant" - Hervé Jourdan, chercheur à l'IRD (Baquey 2018).

La petite fourmi de feu en Polynésie : un désastre écologique, selon .tntv.pf/tntvnews (19 sept 2019) Lien
"Elle est l’une des 100 espèces les plus envahissantes au monde : la petite fourmi de feu ou fourmi électrique dévaste tout sur son passage. Originaire d’Amérique centrale et du sud, elle a été signalée pour la première fois en 2004 à Mahina. Elle est présente aujourd’hui à Tahiti, Moorea, Rurutu, Huahine ou encore à Bora Bora... Aujourd’hui à Mahinarama, 600 habitants sont touchés par ce fléau. En 2015, Laurent a vu apparaître dans sa propriété des colonies de petites fourmis de feu, qui vont même jusqu’à s’introduire dans sa maison, par les gaines électriques. « Il y en a partout. Tu t’assoies sur une chaise, il peut y avoir des fourmis de feu… A l’extérieur c’est insupportable. Dedans on arrive un peu à gérer mais à l’extérieur, on va traiter à un endroit, elles vont arriver de l’autre côté, on va traiter à l’Est, elles arrivent de l’Ouest… », raconte Laurent Crosasso." " « Le problème de la petite fourmi de feu en Polynésie c’est qu’elle atteint des densités qui deviennent phénoménales avec 80 reines et chacune de ces reines peut avoir jusqu’à 300 ouvrières. Donc ça fait des densités de fourmis qui sont terribles. Et puis la piqûre est violente, elle est très douloureuse et on peut avoir des choc anaphylactiques suite à ces piqûres donc il y a aussi beaucoup de problèmes pour l’homme », explique Caroline Blanvillain." "Deux méthodes ont été testée, la première, c’est l’épandage par drones en zone forestière. « S’il reste des fourmis au sommet des arbres, elles vont redescendre à un moment ou un autre pour contaminer le sol. C’est pour ça que la méthode par drone est avantageuse parce qu’on traite à partir du haut donc on commence par tuer les colonies forestières et après on arrive vers le sol. » La deuxième méthode d’éradication de la petite fourmi de feu est le traitement au sol. Là aussi, le traitement, s’inscrit dans le temps comme l’explique Laurent Yan : « le traitement se fait une fois par mois pendant 12 mois. Ensuite on laisse 6 mois et on vient vérifier pour faire un premier bilan. On fait à 6 mois, 1 an, 1an et demi et 2 ans pour être sûr qu’on a éradiqué la petite fourmi de feu ». "

En Polynésie on lutte contre la petite fourmi de feu avec du Mitsy en principe non dangereux pour les abeilles, mais c'est du fipronil... Voir les effets à long terme.

Épandage contre la petite fourmi de feu pour sauver le Monarque de Tahiti, un oiseau en voie de disparition, selon .tntv.pf/tntvnews. Lien (1er Nov 2020)
"
Un espoir pour le Monarque de Tahiti. Cet oiseau endémique et rare est menacé par la fourmi de feu. Heureusement pour lui, cette peste a été éradiquée dans certaines des zones où il niche. La Société d’Ornithologie Manu a fait appel à des télépilotes de drones pour épandre un fourmicide "efficace". "« On a fait un plan opérationnel avec 10 experts du Pacifique pour la fourmi, et ils nous ont recommandé l’emploi de 2 molécules facilement dégradables dans l’environnement et ayant un effet retard, et donc on met ses molécules en application aérienne comme ça on atteint le haut des arbres. On a fait 4 applications, et depuis plus de 2 ans que ces applications ont eu lieu, on n’a toujours pas retrouvé de fourmis dans la falaise contaminée » précise Caroline Blanvillain."

Et plus récemment une annonce de victoire : " L’éradication de la colonie de Petites Fourmis de Feu (PFF) dans la falaise de la vallée Maruapo, à Punaauia, est désormais officielle, annonce l’association Manu dans un communiqué. Aucune présence de Petite Fourmi de feu n’a été relevée depuis plus de 3 ans. « Cette colonie menaçait directement la survie du Monarque de Tahiti et avait délogée 5 d’entre eux à l’entrée de la vallée. Cette opération représente deux exploits : éradiquer complètement une méga-colonie sur plusieurs hectares de forêts, ce qui n’avait jamais été réussi auparavant en Polynésie française ; et traiter une falaise vertigineuse et impraticable, sur plus de 300 mètres de haut, ce qui reste une grande première au niveau mondial." (Kemounbaye 2021).

On aimerait bien connaître le nom de ces molécules.

Au Gabon. Dans les années 20, certains agronomes s'étaient cru bien inspirés en introduisant dans les cultures gabonaises la minuscule "fourmi de feu" (Wasmannia auropunctata), originaire d'Amérique centrale. Il s'agissait de lutter contre les insectes parasites de diverses plantes cultivées, dont le cacaoyer. mais la petite fourmi carnivore s'est peu à peu répandue dans toute l'Afrique centrale, en se laissant transporter par les engins agricoles et forestiers. Et c'est ainsi qu'aujourd'hui elle menace la biodiversité dans plusieurs pays, s'attaquant à toute la faune sauvage, depuis les invertébrés jusqu'aux éléphants - qu'elle rend aveugles en leur mangeant les yeux. Plusieurs chercheurs, membres de la WCS (la Wildlife Conservation Society américaine), s'efforcent d'attirer l'attention sur ce nouveau problème écologique.
Le Nouvel Observateur, 16-22 déc. 1999, p. 118

Pour Jacques Delabie "L’autre espèce que je respecte, c’est Wasmannia auropunctata, la « Petite Fourmi de Feu », elle est minuscule, pas spécialement agressive, et très abondante dans ma région. Je me rappelle d’une piqûre à l’oeil il y a plus de 30 ans, laquelle m’a laissé un très très cuisant souvenir... (voir Interview)

Voir
- Baquey, C. (2018) Fourmis d’Outre-mer : anges ou démons ? la1ere.francetvinfo.fr, 7 décembre 2018, https://la1ere.francetvinfo.fr/fourmis-outre-mer-anges-demons-decryptage-659821.html. Vidéo avec interview d'Hervé Jourdan
- Tahiti.infos (2017) Petite fourmi de feu : est-il déjà trop tard ? tahiti.infos, 26 juillet 2017, p. http://www.tahiti-infos.com/Petite-fourmi-de-feu-est-il-deja-trop-tard_a163040.html.
Pdf


- Foucaud, J., J. Orivel, A. Loiseau, J. H. C. Delabie, H. Jourdan, D. Konghouleux, M. Vonshak, M. Tindo, J.-L. Mercier, D. Fresneau, et al. (2010). Worldwide invasion by the little fire ant: routes of introduction and eco-evolutionary pathways. Evolutionary Applications 3(4): 363-374.
- Fournier, D., A. Estoup, J. Orivel, J. Foucaud, H. Jourdan, J. Le Breton and L. Keller (2005). Clonal reproduction by males and females in the little fire ant. Nature 435: 1230-1234.
- Jourdan, H. (1999). Dynamique de la biodiversité de quelques écosystemes terrestres néo-calédoniens sous l'effet de l'invasion de la fourmi peste
Wasmannia auropunctata (Roger) 1863 (Hymenoptera : Formicidae), Université Toulouse 3. PhD.
- Kemounbaye, M. (2021) La petite fourmi de feu éradiquée de la vallée Maruapo. tntv.pf 23 avril 2021.
-
Mikissa, J.-B. (2010). Impacts écologique et comportemental de la fourni envahissante Wasmannia auropunctata sur une espèce arboricole, Tetraponera aethiops au Gabon. Université Paris 13.
- Ndoutoume-Ndong, A. and J.-B. Mikissa (2007). Influence de la présence de la fourmi
Wasmannia auropunctata (Roger 1863) (Hymenoptera : Formicidae) sur les autres espèces de fourmis dans la réserve de la Lopé (centre du Gabon). Ann. soc. entomol. Fr. (n.s.) 43: 155-158.
- Vonshak, M., T. Dayan, J. Foucaud, A. Estoup and A. Hefetz (2009). The interplay between genetic and environmental effects on colony insularity in the clonal invasive little fire ant Wasmannia auropunctata. Behavioral Ecology and Sociobiology 63: 1667-1677.
- Wetterer, J. and S. D. Porter (2003). The little fire ant
Wasmannia auropunctata: distribution, impact and control. Sociobiology 42: 1-41.