Lutte contre les fourmis nuisibles 

Peut-être tout simplement vivre avec ?          

Alain Lenoir mis à jour 07-Mai-2021

Jusqu'à une date récente on luttait contre les fourmis et autres insectes de la maison ou du jardin avec des insecticides violents qui sont maintenant soit interdits ou pour ceux qui ne le sont pas encore sont de toutes façons dangereux. On trouve par exemple dans le musée de la vie rurale à Steenwerk (Nord) des exemplaires du néocide, le trop célèbre DDT, interdit en France seulement en 1971.

              

On est souvent gêné par la présence de trop de fourmis, surtout quand elles rentrent dans la maison. Au printemps 2018 il y a eu des invasions nombreuses dans les maisons du Béarn... Il faut surtout accepter leur présence. Dans la maison repérer les entrées et les boucher. Ne pas laisser d'aliments qui les attirent. En général, l'invasion se produit au moment de l'essaimage à la fin du printemps, puis cela se calme. Nettoyer au vinaigre blanc les placards, cela permet de brouiller les traces odorantes laissées par les fourmis sur leur passage. Rangez également dans des bocaux fermés et hermétiques les aliments sucrés. Utiliser des répulsifs naturels : feuilles de menthe, poivre noir, brins de lavande, du citron, de l'eau de Javel… qui dégagent des odeurs que les fourmis n'apprécient pas. Certains répusifs comme la népétalactone (huile essentielle de la cataire - herbe aux chats) ne semblent pas être utilisés.

Comment se débarrasser des fourmis ? Voir Doctissimo un site qui ne prône pas l'utilisation massive de pesticides..

De nouvelles techniques sont étudiées avec des formicides en principe moins toxiques que les traditionnels (Cotelle et al. 2012; Testolin et al. 2012).

- Surtout ne pas utilser les insecticides dangereux pour la biodiversité. On recomande parfois le pyrèthre, un insecticide naturel mais il agit sur tous les insectes et aussi sur tous les organismes aquatiques (poissons, reptiles) donc à utiliser avec prudence et pas pour les fourmis.
Ne pas utiliser les poudres ou autres gels anti-fourmis qui contiennent l'imidaclopride qui est un néonicotinoïde 7000 fois plus toxique que le DDT (sous le nom de gaucho) ou du fipronil certainement au moins en partie responsables de la mortalité des abeilles. Eviter aussi la cyperméthrine, un pyréthrinoïde de synthèse neurotoxique dangereux. Il faut bien regarder les étiquettes en tout petit !! Attention, les produits à base de perméthrine (et tous les pyréthrinoïdes neurotoxiques) sont très toxiques pour les animaux familiers. Le fipronil (= fourmidor) est réservé aux professionnels

  

En Polynésie on lutte contre la petite fourmi de feu avec du Mitsy en principe non dangereux pour les abeilles, mais c'est du fipronil... Voir les effets à long terme.

Dans des pays comme le Brésil on utilise l'imidaclopride contre les fourmis champignonnistes coupeuses de feuilles. Chez Acromyrmex subterraneus les doses les plus faibles induisent une augmentation de toilettage (Galvanho et al 2013). Chez Atta sexdens la mortalité apparait à 10ng / fourmi (Santos et al. 2007). On utilise encore le mirex (1) pour lutter contre les fourmis coupeuses de feuilles (champignonnistes) comme j'ai pu le voir au stand présenté lors d'un congrès sur les fourmis en 2015... mais il y avait aussi un autre stand présentant un insecticide à base de végétaux, le bioisca.

             

 

Et hélas les fabriquants de biocides se portent bien et n'aiment pas les fourmis. Il existe même un marché appelé "Marché Tueur de fourmis" 2020 – Rapport sur l’état des revenus et les prévisions 2026 | BASF, Bayer CropScience, Syngenta, Sumitomo Chemical, etc. (Lien)
"Le marché mondial du Tueur de fourmis, évalué à un million de dollars américains en 2018, devrait atteindre un million de dollars américains d’ici la fin de 2026, en croissance à un TCAC en 2020-2026."

- Les produits à base de spinosad (produit fermenté dérivé du mélange de deux toxines -spinosynes A et D- sécrétées par une bactérie vivant dans le sol, Saccharopolyspora spinosa) peuvent être utilisés, peu dangereux pour les vertébrés mais très toxiques pour les abeilles et les invertébrés aquatiques. Alors prendre uniquement la formule en petite boîte où les fourmis entrent. Elles meurent en quelques jours et transmettent le poison dans le nid. Ne pas se faire d'illusion, il est rare d'éliminer complètement la colonie.. Attention aussi, il y a de plus en plus de résistance qui apparait, donc le spinosad devient inefficace..

Selon Daniel Cherix (mail du 24 mai 2020) : "La deuxième solution, mais qui reste du domaine des professionnels c'est le spinosad. C'est une bactérie du sol un peu comme le Bacillus thurigensis qui est très efficace. Nous avons trouvé une formulation en Suisse pour les producteurs de petits fruits qui s'appelle Audienz auquel nous rajoutons un agent mouillant. L'avantage c'est que l'on arrose les zones à forte densité et on fait une mixture avec des sucres (pour abeilles) pour nourrir les fourmis et là nous avons de très bons résultats, mais il convient de travailler en début de saison. Donc on pulvérise sur les nids et on nourrit sur les pistes. Mais il faut à nouveau passer par un professionnel car, même si le produit est enregistré sous BIO, c'est un biocide et comme simple particulier tu ne peux pas l’acheter en magasin."

"A ce jour deux produits sont candidats pour un contrôle (mais probablement pas une éradication) des Tapinoma magnum. Le premier qui s'applique sous forme de gouttelettes et qui semblent devoir s'appliquer en intérieur. C'est l'Advion Ant Gel produit par Sygenta et qui contient un nouveau produit qui est l'indoxycarb, une substance inactive dans le gel mais qui est activée par les enzymes du système digestif et devient toxique. Attention c'est un produit assez cher vendu en petit tube de 30g..... L'autre produit qui peut s'appliquer en aspersion est une formulation de spinosad qui se vend en Suisse sous le nom d'Audienz et qui est utilisé aussi dans les cultures fruitières bio. Malheureusement je ne sais pas si ces produits existent en France et après cela il fautr voir les concentrations. Il nous a fallu beaucoup de temps pour arriver à un dosage qui n'influence pas le reste de la faune et qui offre une certaine efficacité contre les fourmis avec des applications répétées sur les pistes de fourmis. Mais nous poursuivons nos recherches." (mail du 3 février 2021).

      

- La terre de diatomée pourrait être d'une bonne efficacité. C'est un insecticide naturel constitué d’une myriade de squelettes de micro-organismes qui provoque des micro-lacérations ayant pour effet de déshydrater les insectes par la perte de fluides. Il n'y a pas de développement de résistance. On peut l'utiliser aussi dans les jardins autour des cultures. Je l'ai testée chez moi avec succès en juin 2017 quand des Lasius rentrent dans la maison au moment de l'essaimage.

 

Exemples de poudre de diatomée :

- Le bicarbonate de sodium semble aussi efficace contre certaines espèces selon Michel Droulhiol (le bicarbonate malin). Lesquelles ?

- Des formicides verts existent comme le Macex® (Tiepo et al. 2010) qui ne sont pas toxiques (Cotelle et al. 2012). C’est un mélange de caféine, d’acides gras avec de la pulpe de pomme et de citron comme attractif. Terra Nostra en Corse vend un "antifourmis" à base de géraniol.

- L'azadirachtine (alcaloïde de l'huile de margousier ou neem) est une substance naturelle de plus en plus utilisée en lutte contre les insectes. Elle bloque la métamorphose. En fait, elle a des effets sur 2 générations chez la drosophile (Ferdenache et al 2019). Donc prudence.. Des études payées par les boîtes de pesticides ???

- On peut aussi essayer les huiles essentielles. Pourquoi pas ? C'est santé Plus magazine qui en parle, on trouve une recette à base de menthe poivrée et de girofle (Therapeute 2018).

- Et pourquoi pas demander aux fourmis de sortir de la maison ? Lors d'une interview de Franck Courchamp à Europe 1 par Wendy-Bouchard le 17 avril 2019 on entend des témoignages de personnes qui ont parlé aux fourmis pour leur demander de partir de leur maison !! Franck a été un peu pris au dépourvu, mais la confusion est possible car en effet les invasions de fourmis dans les maisons sont souvent de courte durée (période essaimage) et si on leur parle on peut imaginer qu'elles ont compris !!!

En Europe diverses tentatives d’éradication ont été entreprises comme à Ostende contre la Tapinoma magnum invasive, avec un insecticide, le 10CS (Lambda-cyalothrine, pyréthrinoïdes - hélas très toxique pour les animaux aquatiques) encapsulé. Cela a été apparemment efficace, mais il faut voir sur le long terme car il suffit de quelques reines en profondeur pour que l'invasion reparte.

Bien sûr dans la lutte contre les fourmis il faut parler de la fourmi de feu.. Des millions de dollards sont dépensés chaque année sans succès pour lutter contre cette peste.

Autres exemples :
- Contre Tapinoma melanocephalum (fourmi fantôme), la fourmi d’Argentine et la fourmi des pharaons à Taiwan on emploie des solutions avec de l'acide borique à 1% et du sucre, efficaces en 4 semaines (Klotz et al. 1996; Luo and Chang 2013).
- Des alcaloïdes de grenouilles tropicales pourraient être utilisés contre les fourmis de feu (Avant 2014).
- Un nouveau pesticide à partir de neuropeptide de venin d’araignée couplé à un transporteur protéique issu d’une plante Galanthus serait peu toxique pour les abeilles (Nakasu et al. 2014).
- La lutte contre Pachycondyla chinensis (fourmi asiatique aiguille – Asian needle ant) invasive à l’est des USA depuis années 2010 est faite avec des termites traités au fipronil. C'est plus efficace que des appâts avec "moins" de pollution environnementale (Buczkowski 2016).
- Pucerons du pommier Dysaphis plantaginea néfastes élevés par Lasius niger. Dans le Kent, on a essayé de détourner les fourmis des pucerons avec des nourrisseurs de sucre. Cela marche aussi bien que les barrières de colle, les fourmis sont moins nombreuses sur les colonies de pucerons et cela laisse la place aux prédateurs des pucerons (Nagy et al. 2015).
- Tapinoma nigerrimum souvent considérée comme nuisible mange les larves de la mouche des fruits Ceratitis capitata dans les vergers de citronniers en Italie (Calabre). Les autres fourmis (Messor structor, Camponotus aethiops et Formica fusca) sont très peu efficaces (Campolo et al. 2015).
- Des essais avec des produits comme les extraits de thé, soit les feuilles soit les restes après usage, contenant diverses molécules toxiques comme des polyphénols sur Paratrechina longicornis, Anoplolepis gracilipes en Malaise (Dieng et al. 2016).

- On a essayé le Bacillus thuringiensis et un virus (Gypchek) dans des montagnes comme les Apalaches aux USA, pour voir les effetss possibles de la lutte à grande échelle contre les Lymantria dispar, sans grand effet, ce qui permet de continuer la lutte contre le papillon (Wang et al 2000).

- On essaie de trouver des virus qui pourraient infester les fourmis nuisibles comme par exemple la fourmi de feu (voir virus)

Il faut sans doute s'inspirer de ce que dit le philosophe Baptiste Morinot "On a longtemps cru qu'il fallait exploiter plus efficacement la nature pour améliorer nos conditions de vie humaine; on commence à comprendre, que pour atteindre cet objectif, il faut apprendre à mieux cohabiter avec les autres créatures de la terre." (Vincent 2016). Ou encore Rémy Chauvin qui écrit "On n'arrête pas la machine-fourmilière, à moins de la détruire toute entière. N'en éliminer qu'une partie ne sert à rien. Cassez la moitié d'un ordinateur, et dites-moi si l'autre moitié est capable du quoi que ce soit ? Faites subir la même chose à une fourmilière.. la machine continue à fonctionner, tout en réparant ses pertes." voir pdf

Citations
- Olivier Guez dans "La disparition de Jozef Mengele" (Odile jacob 2017), le bourreau nazi d'Auchwitz réfugié en Argentine, écrit que Peter (nom d'emprunt) a inventé un dispositif pour écraser une fourmilière (voir texte).
- "Le grand brouillard apparaît quelquefois dehors. La plupart de ceux qu'il prend meurent misérablement. les chanceux comme toi deviennent fous ou aveugles. Ou les deux. Ce grand brouillard ressemblait fort à l'insecticide dont je m'étais plus d'une fois servie - en vain - pour chasser les fourmis de notre terrasse." Kim Lange dans Maudit Karma (David Safier 2008).
-
Deux fous discutent : "Pourquoi tu mets de l'insecticide dans tes chaussures ? " "Parce que j'ai des fourmis dans les pieds"
- Dans Phase IV, les chercheurs veulent détruire les fourmis mutantes avec un insecticide qui tue les hommes.
- Dans « Aventures » (d'Italo Calvino, 1952) la lutte chimique contre les fourmis d'Argentine est inefficace malgré un déferlement de produits les plus divers et les plus toxiques.. "Vous les détruirez toutes ? - Non, objecta tranquillement le capitaine, détruire les ouvrières ne mène à rien. Il y a des fourmilières dans tous les coins, avec des reines qui en pondent par millions." (p. 181)

(1) le mirex est un organochloré utilisé à grande échelle aux USA pour lutter contre la fourmi de feu et interdit depuis 1976. En France on l'appelle chlordécone (voir Wikipédia), il a été utilisé massivement en Guadeloupe contre un charançon dans les plantations de bananiers jusqu'en 1993 et toute l'île est encore polluée.

Voir
- Chauvin Rémy. Dieu des fourmis Dieu des étoiles. Le Pré aux Clercs 1988, 250 pages.
- Droulhiol M. (2010). Le bicarbonate malin. Editions Leduc. p. 61. Pdf
- Therapeute, J. (2018) Grace à cette astuce puissante, je n’ai plus de fourmis à la maison ! . teles-relay.com, 14 mai 2018, https://teles-relay.com/grace-a-cette-astuce-puissante-je-nai-plus-de-fourmis-a-la-maison-sante-plus-mag/ Pdf

- Avant, S. (2014) Using poison-frog compounds to control fire ants. Phys.Org, 3 December, 3 p.
- Buczkowski, G. (2016). The Trojan horse approach for managing invasive ants: a study with Asian needle ants, Pachycondyla chinensis. Biological Invasions 18: 507-515.
- Campolo, O., V. Palmeri, A. Malacrinò, F. Laudani, C. Castracani, A. Mori and D. A. Grasso (2015). Interaction between ants and the Mediterranean fruit fly: New insights for biological control. Biological Control 90(0): 120-127. http://dx.doi.org/10.1016/j.biocontrol.2015.06.004

- Cotelle, S., R. C. Testolin, A. S. Foltête, G. Bossardi-Rissardi, V. Vaater and C. M. Radetski (2012). Genotoxicity potential of a new natural formicide. Environ Sci Pollut Res Int. 19: 628-635. doi: 10.1007/s11356-011-0599-9. Epub 2011 Sep 7.
- Dieng, H., R. B. M. Zawawi, N. I. S. B. M. Yusof, A. H. Ahmad, F. Abang, I. A. Ghani, T. Satho, H. Ahmad, W. F. Zuharah, A. H. A. Majid, et al. (2016). Green tea and its waste attract workers of formicine ants and kill their workers—implications for pest management. Industrial Crops and Products 89: 157-166. http://dx.doi.org/10.1016/j.indcrop.2016.05.019
- Ferdenache, M., R. Bendjazia, F. Marion-Poll and S. Kilani Morakchi (2019). Transgenerational effects from single larval exposure to azadirachtin on life history and behavior traits of Drosophila melanogaster. Scientific Reports 9: 17015. 10.1038/s41598-019-53474-x
- Galvanho, J. P., M. P. Carrera, D. D. O. Moreira, M. Erthal, C. P. Silva and R. I. Samuels (2013). Imidacloprid Inhibits Behavioral Defences of the Leaf-Cutting Ant Acromyrmex subterraneus subterraneus (Hymenoptera:Formicidae). Journal of Insect Behavior 26(1): 1-13. 10.1007/s10905-012-9328-6
- Klotz, J., D. H. Oi, K. M. Vail and D. F. Williams (1996). Laboratory Evaluation of a Boric Acid Liquid Bait on Colonies of Tapinoma melanocephalum Argentine Ants and Pharaoh Ants (Hymenoptera: Formicidae). Journal of Economic Entomology 89: 673-677. DOI: http://dx.doi.org/10.1093/jee/89.3.673
- Luo, Y.-P. and N.-T. Chang (2013). Strategies for controlling the ghost ant, Tapinoma melanocephalum (Hymenoptera: Formicidae) with liquid bait. Journal of Asia-Pacific Entomology(0). http://dx.doi.org/10.1016/j.aspen.2012.12.001
- Nagy, C., J. V. Cross and V. Markó (2015). Can artificial nectaries outcompete aphids in ant-aphid mutualism? Applying artificial sugar sources for ants to support better biological control of rosy apple aphid, Dysaphis plantaginea Passerini in apple orchards. Crop Protection 77: 127-138. http://dx.doi.org/10.1016/j.cropro.2015.07.015
- Nakasu, E. Y. T., S. M. Williamson, M. G. Edwards, E. C. Fitches, J. A. Gatehouse, G. A. Wright and A. M. R. Gatehouse (2014). Novel biopesticide based on a spider venom peptide shows no adverse effects on honeybees. Proceedings of the Royal Society B: Biological Sciences 281(1787). 10.1098/rspb.2014.0619
- Santos, A. V., B. L. de Oliveira and R. I. Samuels (2007). Selection of entomopathogenic fungi for use in combination with sub-lethal doses of imidacloprid: perspectives for the control of the leaf-cutting ant Atta sexdens rubropilosa Forel (Hymenoptera: Formicidae). Mycopathologia 163(4): 233-240. 10.100
- Testolin, R., V. Tischer, A. S. Lima, S. Cotelle, J.-F. Férard and C. Radetski (2012). Aquatic ecotoxicity assessment of a new natural formicide. Environmental Science and Pollution Research 19(6): 2186-2194. 10.1007/s11356-011-0721-z
- Tiepo, E. N., A. X. R. Corrêa, C. Resgalla Jr, S. Cotelle, J.-F. Férard and C. M. Radetski (2010). Terrestrial short-term ecotoxicity of a green formicide. Ecotoxicology and Environmental Safety 73(5): 939-943.
- Vincent, C. (2016). Peace et Louves. Pour le philosophe Baptiste Morizot, l'homme doir créer des relations "diplomatiques" avec le loup plutôt que de le tuer. Le Monde Idées 25 juin 2016. p. 2.

- Wang, C., J. Strazanac and L. Butler (2000). Abundance, Diversity, and Activity of Ants (Hymenoptera: Formicidae) in Oak-Dominated Mixed Appalachian Forests Treated with Microbial Pesticides. Environmental Entomology 29(3): 579-586. 10.1603/0046-225x-29.3.579