La fourmi matabele Megaponera analis (= M. foetens)

Alain Lenoir mis à jour 30-Déc-2020

Megaponera analis (fourmi matabele, anciennement M. foetens) est une ponérine spécialiste de prédation exclusive de termites qu'elles récoltent lors de raids spectaculaires. Après un raid les ouvrières ramènent au nid leurs soeurs blessées qui vont ainsi survivre (voir Comportement de secours chez les fourmis).

Erik Frank a fait sa thèse sur ces fourmis et en a écrit un livre où l'on trouve les points suivants :
- raids des fourmis sur les nids de termites : une colonne de 800 fourmis et 500 à 1000 morts ramassés en moins d'une heure (p.16-17).
- les cimetières qui existent aussi chez ces fourmis : "les fourmis mortes étaient transportées beaucoup plus loin que les boulettes de terre ou autres déchets." (p.35). Voir Cimetières
- sauver les blessées (p.43-44). Les blessées ont été marquées avec des taches de couleur en code individuel et cela a bien confirmé qu'elles étaient ramenées au nid.
- blesser une fourmi (p.45-46). "Il n'est jamais agréable de devoir blesser ou tuer un animal au nom de la science, même si ce n'est "qu'une fourmi" . "J'ai coupé deux membres d'une fourmi en bonne santé  et  l'ai présenté à la colonne : dans ce cas, la fourmi blessée était très rapidement approchée par ses camarades. Elle s'allongeait avec ses pattes repliées contre son corps et restait immobile afin que les secouristes puissent la prendre et la ramener au nid."
- les fourmis trop blessées sont abandonnées : "les fourmis gravement blessées ayant perdu plus de deux membres n'étaient jamais sauvées" (p.53)

- le GPS des éclaireuses qui trouvent les nids (p.140).
- la recherche des signaux vibratoires qui en fait ne sont pas importants pour l'appel à l'aide (p.106)
- les signaux chimiques au contraire sont fondamentaux (avec Thomas Schmitt de Wurzburg). Ce sont des phéromones de type sulfures de la glande mandibulaire à odeur très forte (
DMDS = dimethyl disulfide; DMTS = dimethyl trisulfide d'où l'ancien nom de la fourmi M. foetens) (p.107-109).
- des fourmis blessées ont été mises en chambre stérile et elles ne meurent pas, ce qui montre bien qu'il y a eu infection (p.107-109).

Voir ausssi France Inter du 30 décembre 2020.

Livingstone dans ses voyages découvre la fourmi cadavre : "Il remarque une grosse fourmi noire, qui répand une odeur désagréable et pénétrante provenant d'un fluide aussi volatile que l'éther" (p. 49-50). Près du Zambèze, il découvre les raids de fourmis cadavres contre les termitières : "Un matin, dit Livingstone, je vis sortir une colonne de fourmis noires qui me paraissaient aller au combat, et je me mis à les suivre." "L'un des capitaines du régiment noir les ayant enfin aperçus (les termites), se précipita sur eux, les rendit insensible, grâce à un liquide particulier que secrète son aiguillon, et les livra aux soldats qui les emportèrent immédiatement. Ayant sauvé quelques-uns des captifs, je ne pus les faire sortir de l'état d'insensibilité où les avait plongé la piqûre de leur ennemi." (p. 96)

Selon La guerre des fourmis :

Voir
- Frank, E. T. (2020). Combattre, sauver, soigner. Une histoire de fourmis, CNRS éditions.
- Marsat, A. (2019). Les fourmis peuvent-elles se battre ? MAG Ouest France Novembre 2019. Pdf