Pesticides

Alain Lenoir mis à jour 14-Nov-2018

                

Je n'y parle pas beaucoup de fourmis mais d'un sujet d'actualité brulante

La contamination chimique par les pesticides est considérable, les raisins de table et les pommes gagnent le trophée.. Le DDT est interdit aux USA depuis 1962, en France en 1971 mais on le trouve encore partout sous forme de trace et il reste autorisé encore dans de nombreux pays. L’atrazine est un herbicide aujourd’hui interdit mais il est encore partout dans les eaux des nappes phréatiques. Le Brésil en est le premier utilisateur (20% de la consommation mondiale). Il y a une diminution de 40% de risque de malformation de l'appareil génital masculin du foetus chez les femmes qui boivent du vin bio .. (sur plus de 35 000 femmes enceintes) (Foucart 2016). Un premier pas positif a été fait puisque depuis le 1er janvier 2017 les collectivités locales ont interdiction d'utiliser les pesticides chimiques dans les lieux publics, même si cela ne représente que 1% des pesticides utilés en France (Abdoun 2017). L'interdiction s'étendra en 2019 aux jardins privés. Les régimes bio sont bons pour la santé car il y a moins de pesticides qui entraînent de l'obésité et des troubles de l'attention, et aussi des troubles du développement cognitif de l'enfant (Garric 2017). La qualité de l'eau se dégrade en France régulièrement à cause de l'agriculture intensive qui répand massivement des pesticides (Valo 2017). Le gouvernement vient d'adopter le 18 janvier 2018 un plan pour réduire l'utilisation des pesticides dans l'agriculture. Le problème de l'effet cocktail est enfin envisagé (Foucart 2018a). Tous les travaux récents confirment les effets des pesticides sur l'obésité et le diabète, cela vient encore d'être confirmé sur les souris (Foucart 2018c). On a une bonne idée de la contamination en analysant les cheveux. C'est ainsi que les rédacteurs de Charlie Hebdo sont tous contaminés par 80 pesticides (Pdf). Charlie Hebdo a lancé un appel "Sauvons les coquelicots" le 12 septembre 2018 réclamant l'interdiction totale de tous les pesticides, suite à des mesures de pesticides dans les cheveux des Charlie qui sont tous empoisonnés (Foucart 2018d, Nicolino 2018). Une grande enquête sur plus de 70 000 volontaires suivis de 2009 à 2016 montre que les risques de cancer sont reduits de 25% avec une alimentation bio qui réduit la consommation de pesticides (Foucart et Santi 2018, Foucart 2018, article original Baudry et al 2018).

Les pesticides sont sans doute au moins en partie à l'origine de la disparition massive des oiseaux des champs. Selon deux études du Muséum d'Histoire Naturelle, en 15 ans 30% des oiseaux des champs ont disparu mais selon Foucart (2018b) les effets des pesticides ont été minimisés.

Le glyphosate (roundup et son dérivé l'AMPA) est de plus en plus utilisé et a été déclaré cancérigène en 2015 par le centre de recherhce sur le cancer de l'OMS. La toxicité du roundup est montrée par de nombreux travaux. Le débat sur l’aspect cancérigène du glyphosate rebondit avec un article sur une recherche américaine qui semble montrer que les cancers lymphomes ne sont pas corrélés avec l’utilisation du glyphosate (Andreotti et al 2018). Foucart (2017c) démonte cet article car les cohortes ne peuvent pas vraiment être comparées.. et je pense que la seule analyse possible est de faire des corrélations avec les taux d’APMA dans les urines. En plus il n’y aucune info sur les autres aspects en particulier le développement des fœtus et des enfants alors que l’on sait que ce sont les périodes les plus sensibles. Fernando Guerrieri et collègues de l'IRBI à Tours viennent de montrer que le glyphosate à doses comparables à celles que l'on trouve dans l'eau empêche les larves de moustiques d'apprendre ne plus fuir une ombre (Baclan et al 2018). Les effets peuvent donc être subtils sur le comportement. Qu'en est-il des fourmis ? pas d'infos pour le moment, mais il n'y a aucune raison d'imaginer que le glyphosate soit sans effets. Le glyphosate pourrait être une cause possible supplémentaire du déclin des abeilles domestiques car il réduit l'abondance du microbiome et elles sont fragilisées et plus sensibles à des bactéries pathogènes (Foucart 2018e). De nombreux "pisseurs involontaires" se font doser leur glyphosate et trouvent des quantités parfois impressionnaantes (Valo 2018).

L'arrivée de Trump au pouvoir laissait augurer de mauvaises nouvelles et cela n'a pas tardé puisqu'il vient de prolonger l'autorisation du chlorpyrifos alors que de nombreux articles montrent qu'il est très dangereux, par exemple que les enfants les plus exposés ont deux fois plus de risque de retard mental. En France ce pesticide n'est plus autorisé sous sa forme -éthyl mais le reste sous la forme -méthyl soi-disant 10 fois moins dangereuse (Foucart 2017a). Hélas comme d'habitude il faudra du temps pour montrer sa nocivité. Monsanto savait depuis 1999 que le glyphosate (roundup) est cancérigène et pourtant ils ont tout fait pour le cacher (Foucart 2017b) et même pour le sauver, la firme américaine a entrepris de démolir par tous les moyens, l'agence des Nations Unies contre le cancer, qui l'a classé "cancérogène" (Foucart et Horel 2017). On parle actuellement d'écocide pour qualifier l'usage des pesticides comme par exemple l'agent orange au Vietnam de 1962-à 1971 (Baudet et Maupas 2017). Le nouveau président français Emmanuel Macron n'avait hélas prévu l'interdiction des pertubateurs endocriniens que "dès lors qu'il existe des solutions reconnues comme moins toxiques", ce qui ne pourra jamais être "scientifiquement" prouvé. On pouvait espérer que le nouveau ministre Nicolas Hulot soit plus exigent, mais il a déjà abandonné. Pour la chlordécone même problème, selon notre président "Il n'y a pas de preuve scientifique établie" (Editorial Le Monde 2018). Soyons quand même optimistes puisque le gouvernement parle maintenant d'effet cocktail (Foucart 2018a). Le combat sera dur car l'interprofession des fruits et légumes, otage des industries chimiques est riche, en voici un exemple : dans Le monde du 26 février 2018 est parue une page entière "STOP à la chasse aux sorcières" où ils expliquent que 97,9% de leurs produits confores aux limites de résidus autorisés (Pdf). En effet, 96,2 % des échantillons d’aliments testés en 2016 par les Etats membres de l’UE se situent dans les limites légales, ce qui ne signifie pas que cela soit sans effets (Foucart 2018).

Dessin de Serguei (Le Monde 10 oct 2017)

Les pesticides sont des perturbateurs endocriniens dont les effets peuvent se cumuler, c'est ce que l'on appelle l'effet cocktail.

Voir
- Abdoun, E. (2017). Les pesticides chimiques sont bannis des lieux publics. Science & Vie Mars 2017: p. 111. Pdf
- Foucart, S. (2016). Des vertus du vin bio. Le Monde 6 septembre 2016. p. 22. Pdf
- Foucart, S. (2017). Etats-Unis : un dangereux pesticide laissé sur le marché. Le Monde Samedi 1er avril 2017. p. 6. Hélas ce n'est pas un poisson d'avril. Pdf

- Foucart, S. (2018) Les deux tiers des résidus de pesticides dans l’alimentation sont des perturbateurs endocriniens potentiels. Le Monde, 3 septembre 2018 Pdf
- Foucart, S. (2018f). Le bio, la santé et la science. Le Monde 28-29 octobre 2018. Pdf
- Foucart, S. and P. Santi (2018). Manger bio réduit les risques de cancer. Le Monde 24 octobre 2018. p. 8. Pdf
- Garric, A. (2017). Les bons points du régime bio pour la santé. Le Monde 28 octobre 2017. p. 6. Pdf
- G.B. (2018). Dans les cheveux de Charlie, Charlie Hebdo, 12 septembre 2018. Pdf

- Andreotti, G., S. Koutros, J. N. Hofmann, D. P. Sandler, J. H. Lubin, C. F. Lynch, C. C. Lerro, A. J. De Roos, C. G. Parks, M. C. Alavanja, et al. (2017). Glyphosate Use and Cancer Incidence in the Agricultural Health Study. JNCI: Journal of the National Cancer Institute: djx233-djx233. 10.1093/jnci/djx233
- Baglan, H., C. R. Lazzari and F. J. Guerrieri (2018). Glyphosate impairs learning in mosquito larvae Aedes aegypti at field-realistic doses. The Journal of Experimental Biology sous presse. 10.1242/jeb.187518
- Baudet, M.-B. and S. Maupas (2017). Crime contre nature. Le Monde Samedi 20 mai 2017. p. 4-5.
- Baudry, J., K. E. Assmann, M. Touvier and et al. (2018). Association of frequency of organic food consumption with cancer risk: Findings from the nutrinet-santé prospective cohort study. JAMA Internal Medicine. 10.1001/jamainternmed.2018.4357
- Editorial (2018). Chlordécone, un scandale sanitaire. Le Monde 30 sept - 1er octobre 2018. p. 25.
- Foucart, S. (2017b). Roundup : ce que révèlent les "Monsanto papers". Le Monde Dimanche 19 - Lundi 20 mars 2017. p. 4.
- Foucart, S. (2017c). Glyphosate et cancer, l'étude qui relance le débat. Le Monde 22 novembre 2017. p. 7.
- Foucart, S. (2018a). Le plan du gouvernement pour réduire les pesticides. Le Monde 25 janvier 2018. p. 6.
- Foucart, S. (2018b). Liaisons troubles entre recherche publique et agrochimie. Le Monde Science et Médecine 18 avril 2018. p. 2.
- Foucart, S. (2018c). Obésité, diabète : les effets des pestcides mis au jour. Le Monde 1-2 juillet 2018. p. 10.
- Foucart, S. (2018d). Un appel contre les pesticides lancé dans "Charlie Hebdo". Le Monde 12 septembre 2018.Foucart, S. (2018).
- Foucart, S. (2018e). Le glyphosate, autre cause possible du déclin des abeilles domestiques. Le Monde 28 septembre 2018. p. 8.

- Foucart, S. and S. Horel (2017). Les moissons du fiel "Monsanto papers" 2/2. Le Monde Samedi 3 juin 2017. p. 20-21.

- Foucart, S. (2018). Le plan du gouvernement pour réduire les pesticides. Le Monde 25 janvier 2018, p. 6.
- Nicolino, F. (2018). On a testé pour vous. Tous les Charlie sont empoisonnés. Charlie Hebdo n° 1364, 12 septembre 2018. p. 2.
- Valo, M. (2017). La qualité de l'eau se dégrade encore en France. Le Monde 18 octobre 2017. p. 6.
- Valo, M. (2018). L'action des "pisseurs involontaires de glyphosate" fait des émules. Le Monde 6 octobre 2018.