Christian Peeters "C'est lui le roi des fourmis"

Alain Lenoir Mis à jour 02-Jui-2020

                   

Christian Peeters est l'Institut d'écologie et des sciences de l'environnement au CNRS à Paris 6. Né en Belgique, puis parti à 15 ans en Afrique du Sud où il fait son PhD. Post-docs en Australie (Ross Crozier), Japon (Yoshiaki Ito), Würzburg (Bert Hölldobler) et enfin au CNRS.  Spécialiste des fourmis ponérines sans reines, il a eu droit à avoir son nom pour une nouvelles espèce Streblognathus peetersi (Robertson 2002). Voir une interview dans Myrmecological News Blog (Décembre 2010).

Lors de sa soutenance d'HDR en 1993 :

- avec Bert Hölldobler et Pierre Jaisson :       

  - Avec Luc Passera :        

C. Peeters est l'un des auteurs du Guide des fourmis de France, Belin. 160 p. (Thibaud Monnin, Xavier Espadaler, Alain Lenoir et Christian Peeters 2013).

Soutenance de thèse de Kolo Yéo (2006) :

Et récemment Faune des fourmis de Madagascar avec Brian Fischer (2019).

Suite à une mission au Mozambique avec Brian Fischer en 2016, Christian Peeters s'intéresse à une fourmi très particulière : Melissotarsus. Avec ses 2 millimètres, Melissotarsus est l'une des plus petites fourmis de la planète et elle vit à l'intérieur des arbres. Mellissotarsus, minuscule fourmi de 2 millimètres est étonnante : elle est aveugle, vit en symbiose avec une espèce de cochenille dans l'intérieur des arbres où elle vit en autosuffisance. Melissotarsus est si bien adaptée à cette vie en galerie qu'il est devenu impossible pour elle de vivre à l'extérieur. Voir Melissotarsus.
Courrier de Christian Peeters
à Bernadette Darchen (4 février 2020) : "Très vite je suis devenu accro à cette fourmi extraordinaire. Trois missions en Afrique du Sud m'ont permis d'explorer plusieurs aspects de leur mutualisme avec les diaspines. Nous avons acquis une meilleur connaissance de leur morphologie aberrante grâce à la micro-tomographie à rayons X. Nous avons aussi eu la chance d'étudier un fossile dans l'ambre éthiopien, daté de 17 millions d'années. Depuis 2016 je collabore avec Danièle Matile au Muséum.. Elle a découvert plusieurs nouvelles espèces de diapines associées aux nids de fourmis. J'ai pu commencer l'étude du genre asiatique Rhopalomastix, les soeurs de Melissotarsus. Suite à des études de terrain à Singapour et en Thaïlande, nous avons montré une grande similitude de modes de vie sauf que, fait évolutif crucial, leurs pattes sont moins spécialisées et elles restent capables de marcher à l'extérieur des tunnels." "Je voulais que vous sachiez que votre découverte en Côte d'Ivoire est un moment fort de la myrmécologie, et a ouvert la voie... J'espère effectuer une mission à Lamto plus tard cette année, où mon ancien thésard Kolo Yéo a trouvé Melissotarsus dans la savane non brûlée.".
Les fourmis qui creusent des galeries dans les branches d'arbres vivantes comme les Melissotarsus (Afrique) et Rhopalomastix (Asie) ont des glandes séricigènes, ce qui est exceptionnel chez les fourmis, et que Johan Billen et Christian Peeters viennent de décrire. Il y a une glande dans la tête qui produit la soie et une autre sur le tarse qui durcit la soie. Ils ont nommé la glande du tarse "Delage-Darchen gland". Melissotarsus est la championne pour creuser (Billen et Peeters 2020). Voir Bernadette Delage-Darchen.

France Inter, la une de la science par Axel Villard le 4 septembre 2018, avec Christian Peeters, zoologue à l'Institut d'Ecologie et Sciences de l'Environnement CNRS/Université Sorbonne. Réécouter l'émission. Les Melissotarsus de Christian Peeters à l'honneur dans Le Figaro (Nothias 2018).

Christian Peeters s'est lancé depuis plusieurs années dans la création de films d'animation sur les fourmis avec Naret Phansua. De quoi vous occuper...
"Secrets des fourmis" -
En anglais: "Ant Life"  - Description du projet (pas encore traduit). Episode 1 : "La vie périlleuse des jeunes reines" (3min20)

     

Une première série plus ancienne : "Nous, les fourmis". 1- Familles très nombreuses;  2- Les chasseuses solitaires ; 3- Au début, la reine

Des cartes postales sur la série :            

Les débuts de la reine :

Voir
- Sur France Culture le 16 septembre 2019. Voir émissions radio
Martin, N. (2019) Fourmis : une pour toutes et toutes pour unes. franceculture.fr, 16 septembre 2019, Pdf
- Nature. D'où la fourmi tient-elle sa force ? (Le Télégramme Soir du 14 juin 2018) : "C'est grâce à la puissance des muscles de son cou que l'ouvrière soulève d'aussi lourdes charges."
- Comment la fourmi porte-telle autant de poids ? Science & Vie mai 2016.
- Pourquoi les fourmis ont réussi. Conférence. Les Mardis de l'Espace des sciences, avec Christian Peeters, myrmécologue, Laboratoire "Ecologie et science de l’environnement", Université Paris VI Pierre et Marie Curie, CNRS. 24 septembre 2014. "Les fourmis ont colonisé la plupart des milieux terrestres. Présentes toute l’année et en grand nombre, leur diversité de modes de vie est étonnante : chasse d'insectes, récolte de cadavres, de graines ou de miellat, esclavagisme,... Plusieurs fourmis ont noué des interactions étroites avec des plantes, pucerons ou champignons. Vivre en société amène beaucoup d’avantages - pérennité des nids, division du travail, évolution des castes reine et ouvrière - mais quelles sont les autres clefs de la fantastique réussite des fourmis ?"

        

- Stratégiques, les fourmis ! Conférence de Christian Peeters. Espace des sciences à Rennes, 9 janvier 2015. ."Il y a 13 000 espèces de fourmis sur Terre. Elles évoluent depuis 100 millions d'années. L'histoire des fourmis est une success story. Le chercheur Christian Peeters nous explique pourquoi cet insecte social original, aux morphologies très variées, est important pour l'équilibre naturel. Les fourmis ont mis en place des stratégies différentes pour fonder de nouvelles colonies. Mais aujourd'hui, certaines espèces sont menacées, leur écosystème étant détruit par l'homme. Et un petit nombre d'espèces envahit les villes du monde entier, au détriment des espèces locales ! " Interview Nicolas Guillas.

- La petite bête qui grouille (L'Express, 9 octobre 2013). Sur la fourmi d'Argentine "Le pire ennemi d'une fourmi, c'est une fourmi d'une autre espèce."
- Des fourmis au succès monstre par Xavier Müller, Bulletin CNRS septembre 2012. Chez Odontomachus les reines sans ailes combinent le gros abdomen et les organes reproducteurs des reines ailées avec le thorax simplifié des ouvrières.
- La fourmi sans reine, mais non sans rang. de Catherine Vincent, Le Monde, 24 février 2004. Interviews de Christian Peeters, Thibaud Monnin et Virginie Cuvillier-Hot sur les fourmis ponérines Dinoponera quadriceps et Streblognathus peetersi.
- Sa majesté la fourmi argentée. Interview de Christian Peeters ("C'est lui le roi des fourmis") avec photos de Patrick Landmann, Paris Match 5 juillet 2001.
- Comprendre l'évolution des reines et des ouvrières chez les Fourmis    CNRS Presse 1/02/96 (www.cnrs.fr/Cnrspresse/n17a8.html )

Références
- Billen, J. and C. Peeters Glandular innovations for a tunnelling life: Silk and associated leg glands in Melissotarsus and Rhopalomastix queen and worker ants. Arthropod Structure and Development Article soumis le 28 mai 2020.
- Laciny, A. (2019) Interview with Christian Peeters. Myrmecological News Blog, 18 décembre 2019
Lien
- Nothias, J.-L. (2018). La fourmi à grosse tête, un tunnelier très efficace. Le Figaro 6 octobre 2018. Pdf