Fourmi amazone Polyergus

Alain Lenoir mis à jour 15-Jul-2019

Ces fourmis esclavagistes ou fourmis amazones ont été beaucoup étudiées par Patrizia d'Ettorre lors de son postdoc à Tours pour l'aspect chimique. Ce sont des esclavagistes obligatoires, incapables de se nourrir seules et d'élever leur couvain. Les mandibules de ces fourmis sont en forme de faucille et sont très tranchantes et finement dentelées, ce sont des outils de mise à mort efficaces. Les reines de Polyergus après l'accouplement vont pénétrer dans la colonie de Formica hôte, par exemple F. cunicularia. Ces reines ont très peu d'hydrocarbures cuticulaires, ce qui les rend sans doute insignifiantes chimiquement (chemical insignificance), elles peuvent donc rentrer chez les hôtes sans êtres agressées et tuer la reine, s'approprier le couvain et se faire adopter par les Formica. En quelques jours la reine développe un profil d'hydrocarbures identique à celui des ouvrières esclaves. Il est vraisemblable que la reine acquiert ses hydrocarbures par contact avec les ouvrières hôtes (D'Ettorre & Errard 1998, Errard & D'Ettorre 1998, D'Ettorre et al 2002). La reine fondatrice possède par ailleurs de grandes quantités d'une substance (octadécyl butyrate) fabriquée dans la glande de Dufour quisème la panique chez les ouvrières de Formica qui peuvent être agressives (D'Ettorre et al 2000). La reine va pondre et ses filles vont apparaître vite. Dès qu'elles sont suffisamment nombreuses elles vont repérer des colonies voisines de Formica pour y effectuer des raids, rapporter des cocons qui vont éclore pour faire de nouvelles esclaves..

Voir un beau raid filmé par Jacques Gautrais Vidéo, et un texte de Luc Passera (2012).

Profils de la reine Polergus fondatrice (en haut, avec très peu d'hydrocarbures et de l'octadecyl butyrate répulsif) et après 5 jours et des ouvrières esclaves Formica :

Chromatogrammes superposés qui montrent bien le mimétisme chimique :

En Amérique du nord P. breviceps utilise comme esclaves Formica altipetens. Les colonies de cette espèce prises comme esclaves sont génétiquement et chimiquement plus diverses que leurs congénères libres. C'est sans doute lié au fait que les Polyergus font leurs raids autour de leur nid. Les esclaves Formica sont moins agrressives envers des étrangères que le sont les fourmis de colonies libres (Torres and Tsutsui 2016).

Voir
- D'Ettorre, P. and C. Errard (1998). Chemical disguise during colony founding in the dulotic ant Polyergus rufescens Latr. (Hymenoptera, Formicidae). Insect Social Life 2: 71-77.
- Errard, C. and P. D'Ettorre (1998). Camouflage chimique chez la reine de Polyergus rufescens lors de la fondation. Actes Colloques Insectes Sociaux 11: 137-141. Pdf
- D'Ettorre, P., C. Errard, F. Ibarra, W. Francke and A. Hefetz (2000). Sneak or repel your enemy: Dufour's gland repellent as a strategy for successful usurpation in the slave-maker Polyergus rufescens. Chemoecology 10: 135-142.
- D'Ettorre, P. and C. Errard (1999). Trophallaxie proctodéale chez la fourmi esclavagiste Polyergus rufescens. Actes Colloques Insectes Sociaux 12: 61-64. Pdf
- D'Ettorre, P., C. Errard, F. Ibarra, W. Francke and A. Hefetz (2000). Sneak or repel your enemy: Dufour's gland repellent as a strategy for successful usurpation in the slave-maker Polyergus rufescens. Chemoecology 10: 135-142.
- D'Ettorre, P., N. Mondy, A. Lenoir and C. Errard (2002). Blending on with the crowd: social integration into their host colonies using a flexible signature. Proc. R. Soc. London B 269: 1911-1918. Pdf
- Luc Passera (2012). Les fourmis esclavagistes : la fourmi amazone. Dossier - Fourmi : les secrets de la fourmilière. https://www.futura-sciences.com/planete/dossiers/zoologie-fourmi-secrets-fourmiliere-1404/page/14/
-
Torres, C. W. and N. D. Tsutsui (2016). The Effect of Social Parasitism by Polyergus breviceps on the Nestmate Recognition System of Its Host, Formica altipetens. PLoS ONE 11(2): e0147498. 10.1371/journal.pone.0147498. Libre de droits