Neurotransmetteurs et fourmis

Alain Lenoir en cours de rédaction 23-Jan-2020

Les neurotransmetteurs, ou neuromédiateurs, sont d'une importance considérable dans le fonctionnement du cerveau. On découvre de plus en plus leur rôle dans les systèmes de récompense. Chez Pogonomyrmex barbatus on a dosé la dopamine, la sérotonine, l'octopamine et la tyramine (de 50 à 15 pg/cerveau). De manière inatendue il y a moins de variations entre individus d'une même colonie qu'entre colonies, ce qui signifierait que le taux change avec les conditions environnementales (Shin et al 2020). C'est ainsi que l'on considère maintenant que la dopamine est le transmetteur du plaisir (avec toutes les accoutumances possibles) et la sérotonine celui du bonheur (Foucart 2018) mais aussi l'ocytocine (neuropeptide) qui pourrait être "l'hormone de l'amour", en fait ici l'inotocine (Devillers 2017).

Chez les insectes l'octopamine est équivalente de la noradrénaline des vertébrés. Chez les fourmis, bien sûr tous les neuromédiateurs sont impliqués dans de nombreux aspects de la vie et de la socialité :

- L'isolement social induit une augmentation d'octopamine chez Camponotus fellah (Boulay et al. 1999) et des injections d'octopamine suppriment cet effet (Boulay et al 2000). On observe le même effet de l'isolation chez Formica japonica (Wada-Katsumata et al. 2011).

- Reconnaissance coloniale et agression. Chez Tetramorium caespitum les niveaux d'octopamine et de sérotonine influencent la décision d'agresser des étrangères, et un niveau plus élevé de dopamine augmente l'agressivité (Bubak et al 2016).

Voir
- Boulay, R., M. Quagebeur, E. J. Godziñska and A. Lenoir (1999). Social isolation in ants: evidence of its impact on survivorship and behaviour in
Camponotus fellah (Hymenoptera, Formicidae). Sociobiology. 33: 111-124. Pdf

- Boulay, R., V. Soroker, E. J. Godziñska, A. Hefetz and A. Lenoir (2000). Octopamine reverses the isolation-induce increase in trophallaxis in the carpenter ant Camponotus fellah. J. Exp. Biol. 203: 513-520. Pdf
- Bubak, A. N., J. D. W. Yaeger, K. J. Renner, J. G. Swallow and M. J. Greene (2016). Neuromodulation of Nestmate Recognition Decisions by Pavement Ants. PLoS ONE 11(11): e0166417. 10.1371/journal.pone.0166417
- Devillers, S. (2017) Comme les humains, la fourmi a aussi son "hormone de l’amour". Mais à quoi sert-elle ? lalibre.be, 9 août 2017, p. http://www.lalibre.be/actu/planete/comme-les-humains-la-fourmi-a-aussi-son-hormone-de-l-amour-mais-a-quoi-sert-elle-5989e621cd706e263f452ac7. Lien (réservé abonnés)
- Foucart, S. (2018). Réseaux sociaux, sucre... L'occident sous dopamine. Le Monde Science et Médecine 31 janvier 2018. p. 1, 4-5.

- Shin, M., D. A. Friedman, D. M. Gordon and B. J. Venton (2020). Measurement of natural variation of neurotransmitter tissue content in red harvester ant brains among different colonies. Analytical and Bioanalytical Chemistry. 10.1007/s00216-019-02355-3
- Wada-Katsumata, A., R. Yamaoka and H. Aonuna (2011). Social interactions influence dopamine and octopamine homeostasis in the brain of the ant Formica japonica. J. Exp. Biol. 214: 1707-1713. doi:10.1242/jeb.051565