Fourmis kamikazes et suicide

Mis à jour le 18-Oct-2018

Chez les insectes sociaux le sacrifice de sa vie est plus fréquent chez les individus dont la capacité d’effectuer d’autres tâches diminue. Les kamikazes sont bien connus chez les termites. C’est le cas du termite Neocapritermes taracua de Guyane qui développe une capacité exceptionnelle de suicide à l’aide de deux éléments qui se complètent. Certains ouvriers ont des poches externes sur le thorax contenant de des cristaux de protéines cuivrées et des glandes salivaires. Lors de la rencontre agressive le corps explose et les cristaux de cuivre réagissent avec la salive pour produire une gouttelette toxique. La production de ces substances défensives et la capacité d’exploser augmentent avec l’âge quand l’aptitude collecter de la nourriture décroit, les mandibules devenant usées (Šobotník et al. 2012; Pour la Science 2012)). Pierre Barthélémy qualife ces ouvriers de "cols bleus" dans son blog (Barthélémy 2012). Chez d'autres espèces de termites ce sont plutôt les soldats qui se font exploser comme chez Globitermes sulphureus d'Asie (Bordereau et al 1997). 

           Photo du blog de Barthélémy

Un autre exemple : Globitermes sulphureus face à une Oecophylla (photo Christian Bordereau) :

Le comportement kamikaze est plus rare chez les fourmis.

On connait Camponotus saundersi et d'autres espèces du même groupe en Malaisie qui font éclater leur abdomen par rupture des membranes inter segmentaires, ce qui libère des substances qui polymérisent sur l'adversaire. Les substances varient selon les espèces (Jones et al 2014). Moffett cite Camponotus gr cylindricus de Bornéo qui explose aussi pour engluer son adversaire (Moffett 2010). On vient de ré-étudier ce groupe de fourmis qui est maintenant placé dans les Colobopsis. Il comporte 15 espèces différentes de fourmis explosives, dont Colobopsis explodens (Laciny et al 2018, voir Charpentier 2018, Fraval 2018, Herzberg 2018 et très nombreux sites web). Seules les fourmis minor (et non pas "mineures" comme le dit Herzberg) se font exploser, les portières et les sexués ne le font pas.

                            Camponotus saundersi = Colobopsis explodens (Photo de Moffett)

Colobopsis explodens :       

 

Une abeille qui pique un humain avec du tissu élastique se « suicide » car son dard se détache de l’abdomen, reste dans le tissu et elle en meurt en quelques heures. La phéromone d’alarme est libérée par le dard, elle comprend au moins 40 composés dont le principal est l’isomamyl acétate qui peut à lui seul déclencher l’attaque. Pourtant, lorsque les abeilles sont en présence de certaines odeurs florales très attractives comme le linalool (ou linalol à odeur de muguet), le 2-phényléthanol, la lavande elles ne sont plus agressives. Cela pourrait être important pour les apiculteurs qui ont des réactions allergiques (14 à 49% selon les études, contre 0.3 à 7.5% dans la population) (Nouvian et al. 2015).

Peut-on parler de suicide ?  "Une chose est sûre, c’est qu’on ne peut pas parler de suicide chez les animaux tels que nous, humains, nous le concevons." (voir A Lenoir, dans Teblard 2005). Pour Sergio Pellis d'Alberta "Il n'existe aucune démonstration scientifique prouvant le suicide des animaux." et il faudrait prouver que les animaux ont une conscience d'eux-mêmes (Pihen 2017). Pourtant, je serais moins catégorique car on se pose des questions sur la conscience des invertébrés comme les fourmis... (Voir Conscience). Sylvia Cremer n'hésite pas à parler de suicide pour sauver le groupe (dans Herzbzerg 2018)

Les auteurs anglo-saxons n'ont aucun problème d'anthropomorphisme et parlent de suicide écologique chez les bactéries. C'est ainsi que la bactérie Paenibacillus modifie le PH de son environnement jusqu'à un niveau léthal. Cela arrive en cas de densité trop forte. Les antibiotiques pourraient avoir un effet négatif en limitant cet effet... (Raztke et al 2018).


Voir
- Barthélémy, P. (2012) Un termite-kamikaze se fait exploser au combat. Passeurs de sciences, 29 juillet 2012. Pdf
- Bordereau, C., A. Robert, V. Van Tuyen and A. Peppuy (1997). Suicidal defensive behaviour by frontal gland dehiscence in Globitermes sulphureus Haviland soldiers (Isoptera). Insectes Sociaux 44: 289-297.
- Charpentier, J. (2018) Une nouvelle espèce de fourmi qui explose pour défendre sa colonie. actualite.housseniawriting.com/science, 20 avril 2018, p. https://actualite.housseniawriting.com/science/biologie/fourmis/2018/04/20/une-nouvelle-espece-de-fourmi-qui-explose-pour-defendre-sa-colonie/26475/ Pdf
- Fraval, A. (2018) La colle tue. Avril 2018, p. http://www7.inra.fr/opie-insectes/epingle18.htm. Pdf
- Herzberg, N. (2018). L'arme fatale de la fourmi explosive. le Monde Science et Médecine 1 mai 2018. p. 8. Pdf. Attention, ce ne sont pas des fourmis "mineures" mais des minor !
- Jones, T. H., D. A. Clark, A. A. Edwards, D. W. Davidson, T. F. Spande and R. R. Snelling (2004). The chemistry of exploding ants, Camponotus spp. (cylindricus complex). J. Chem. Ecol. 30: 1479-1492.
- Laciny, A., H. Zettel, A. Kopchinskiy, C. Pretzer, A. Pal, K. Abu Salim, M. Javad Rahimi, M. Hoenigsberger, L. Lim, W. Jaitrong, et al. (2018). Colobopsis explodens sp. n., model species for studies on “exploding ants” (Hymenoptera, Formicidae), with biological notes and first illustrations of males of the Colobopsis cylindrica group. ZooKeys 751: 1-40. Accès libre
- Moffett, M. (2010). Adventures Among Ants, California University Press, p. 126-127.
- Nouvian, M., L. Hotier, C. Claudianos, M. Giurfa and J. Reinhard (2015). Appetitive floral odours prevent aggression in honeybees. Nature Communications 6: 1247.
- Pihen, A. (2017). Les animaux se sucident-ils ? Science & Vie Mars 2017: p. 122-123. Pdf
- Ratzke, C., J. Denk and J. Gore (2018). Ecological suicide in microbes. Nature Ecology & Evolution 2(5): 867-872. 10.1038/s41559-018-0535-1
- Šobotník, J., T. Bourguignon, R. Hanus, Z. Demianová, J. Pytelková, M. Mareš, P. Foltynová, J. Preisler, J. Cvacka, J. Krasulová, et al. (2012). Explosive Backpacks in Old Termite Workers. Science 337(6093): 436.
- Teblard Véronique (2005). Le suicide existe-t-il chez les animaux ? Terre Sauvage, Octobre 2005. Avec interview d'Alain Lenoir. Pdf