Baptiste Piqueret            

Mis à jour le 04-Avr-2022

Thèse en 2021 au Laboratoire d’éthologie Expérimentale et Comparée (Univ. Sorbonne Paris Nord) avec Patrizia d'Ettorre et Jean-Christophe Sandoz. "Depuis le début de ce mois ci, je suis de retour au LEEC avec Patrizia pendant quelques mois pour travailler sur la cognition chez Formica fusca. Lors de ma thèse, nous avons observé que cette espèce était particulièrement résistante à l'extinction de sa mémoire, alors qu'elle est aussi capable d'apprendre extrêmement rapidement (1 association stimulus/récompense). Nous nous attendions à un compromis entre vitesse d'apprentissage et résistance de la mémoire, mais ce n'était pas le cas. Nous cherchons donc où se situe le compromis chez cette espèce." (mail du 14 février 2022)

Détection olfactive du cancer humain par les fourmis. Voir Cancer, Olfaction des fourmis et vidéo youtube
Et si on remplaçait les IRM et autres scanners par des fourmis pour dépister les cancers. C'est ce que Baptiste Piqueret a expliqué lors d'un kikikose de l'IRBI à Tours. Il a présenté ses récents travaux de thèse sur la "Détection olfactive du cancer humain par les fourmis".
Ces résultats ont été publiés (Piqueret et al 2022).

Résumé :
"Les cancers sont la seconde cause de décès chez l’Homme avec presque 10 millions de mort en 2020. Plus tôt cette maladie est détectée et diagnostiquée, meilleures sont les chances de survie du patient. Actuellement, les méthodes de dépistage classiques sont invasives (ex : mammographie) et/ou coûteuses (ex : IRM), mais des méthodes alternatives, basées sur l’apprentissage d’odeurs caractéristiques des cancers, sont prometteuses car non-invasives, rapides et peu onéreuses. Dans ce contexte, cette thèse s’est intéressée à la possibilité d’utiliser les capacités olfactives de discrimination d’une espèce de fourmi, Formica fusca, pour détecter les cancers. Nous avons tout d’abord caractérisé l’apprentissage olfactif associatif chez cette espèce, et démontré que ces fourmis apprenaient rapidement et que la mémoire formée était robuste. Par la suite, en utilisant des lignées cellulaires cancéreuses humaines, nous avons observé que les fourmis pouvaient différencier des cellules saines de cellules cancéreuses, ainsi que deux lignées cancéreuses entre elles. Finalement, nous avons utilisé de l’urine de souris greffées avec des tumeurs humaines comme source d’odeur pour l’apprentissage. Les fourmis se sont montrées capables de différencier l’urine des souris saines de celle des souris malades, mais pas l’inverse, ce que nous attribuons à la saillance plus faible des échantillons cancéreux. L’utilisation d’outils d’analyse chimique (SPME et GC-MS) ont permis de confirmer cette hypothèse et d’établir une liste de biomarqueurs potentiels des cancers. En comparaison de l’odorat canin, qui est le maitre étalon dans ce domaine, les fourmis sont beaucoup plus rapides, moins chères, et tout aussi efficaces. Même si des améliorations peuvent être proposées, cette première étude a mis en lumière le potentiel de l’utilisation des fourmis pour la détection précoce des cancers."

En 2019 école doctorale Galillée (Paris 13) :

La soutenance de thèse avec Patrizia D'Ettorre et Dominique Fresneau :

Voir
-  Piqueret, B., J.-C. Sandoz and P. d'Ettorre (2019a). Ants learn fast and do not forget: associative olfactory learning, memory and extinction in Formica fusca. R. Soc. open sci. 6: 190778. doi: https://doi.org/10.1098/rsos.190778.
- Piqueret, B., F. Mechta-Grigoriou, B. Bourachot, J.-C. Sandoz and P. d'Ettorre (2019b). Ants are able to detect the odour of cancer cells. 30ème Colloque UIEIS, Avignon. Pdf
- Piqueret, B., B. Bourachot, C. Leroy, P. Devienne, F. Mechta-Grigoriou, P. d’Ettorre and J.-C. Sandoz (2022). Ants detect cancer cells through volatile organic compounds. iScience 25(3). doi: 10.1016/j.isci.2022.103959. Pdf

Voir sur les réseaux sociaux (avec une photo de n'importe quelle fourmi, sauf 2 sites avec une photo de Formica fusca)? Baptiste Piqueret est rarement cité.. Inflation médiatique, j'arrête le 13 mars, sauf pour l'article du Monde du 22 mars.
- Ces fourmis peuvent identifier les cellules cancéreuses chez l’homme, révèle une nouvelle étude (10 mars 2022)
- Des fourmis capables de repérer les cancers (11 mars 2022, Le Quotidien du médecin)
- Des fourmis capables de repérer les cancers (11 mars 2022, La Dépèche)
- Les talents insoupçonnés des fourmis pour détecter les cancers (11 mars 2022, Futura Planète)
- Santé : des fourmis "renifleuses" capables de détecter les cancers (11 mars 2022, podscat France Inter)
- Les fourmis peuvent détecter les cancers (11 mars 2022, La Minute Info)
- Des fourmis pour "renifler" les cancers (11 mars 2022, TV5 Monde)
- Des fourmis “renifleuses” dressées pour détecter les cancers (11 mars 2022, Allo Docteurs)
- Insolite, des fourmis "renifleuses" pourraient détecter certains cancers (11 mars 2022, Yahoo actualités)
- Un chercheur français a appris à des fourmis à «renifler» les cancers (11 mars 2022, Le Parisien)
- Des fourmis « renifleuses » de cancers, une première mondiale que l'on doit à des chercheurs français (11 mars 2022, Demotivateur) avec une vidéo
- Des fourmis renifleuses pour dépister le cancer (TF1 Info, 13 mars 2022, avec vidéo)
- Des fourmis capables de sentir l’odeur du cancer (Trust My Science, 11 mars 2022) avec le dessin du protocole expérimental

- Ces fourmis pourraient prévenir des cancers (11 mars 2022, .huffingtonpost) avec des photos de F. fusca de Paul Devienne du LEEC à Paris Nord)

     

- Des fourmis pour flairer et "renifler" les cancers (Nice Matin, 11 mars 2022). Voir texte (merci Gérard Renaud)

- Et bien sûr l'article du Monde (Josépine Maunier, 22 mars 2022) : Détecter le cancer, un travail de fourmi.

La réaction de Baptiste Piqueret à ce buzz :
" En effet, nous ne nous attendions pas à autant d'attention de la part du grand public. Certains ont bien repris l'info (que c'est la première étude de ce genre avec les fourmis avec des résultats très encourageants, mais qu'il faudra encore du travail pour voir ça à l’hôpital). D'autres ont préféré titrer "Les fourmis soignent les cancers"...
Par curiosité j'ai regardé les commentaires sous les articles, et certaines personnes refusent d'or et déjà l'idée même d'avoir un dépistage avec les fourmis, car elles ne veulent pas être recouvertes d'insectes sur leur corps ! Si cette méthode va jusqu'à l'étape clinique, nous allons devoir faire un long travail d'explication sur le fait que les fourmis ne seront pas en contact direct avec les patients, et n'iront pas grignoter les parties cancéreuses du corps humains en rentrant à l'intérieur... On cherche maintenant un journal pour publier la suite de ces travaux où les fourmis utilisent l'urine pour détecter la présence de tumeur chez des souris (dernier chapitre de ma thèse)." (mail du 4 avril 2022).