Harpegnathos saltator Fourmi sauteuse

Alain Lenoir Mis à jour 17-Avr-2021

Christian Peeters et Bert Hölldobler (1995), ont beaucoup étudié cette espèce originaire d'Inde.

On pouvait en voir au Palais de la Découverte lors de l'exposition fourmis en 2013 : 

La fourmi Harpegnathos saltator est connue pour ses grandes mandibules et sa capacité à sauter pour se sauver et attraper une proie volante. Ses colonies, très peu populeuses, produisent des femelles fertiles – les « reines » - qui, une fois accouplées, fondent une nouvelle colonie. Des ouvrières « gamergates » peuvent devenir reines. Les effectifs d’ouvrières stériles, de princesses, de gamergates et de mâles font l’objet d’une régulation, de sorte qu’un bon équilibre (qui est fonction de la saison) soit maintenu. Ce sont les ouvrières qui sévissent contre les princesses en trop, en les mordant fortement, après les avoir goûtées. Ces larves émergeront comme ouvrières. Des phéromones indiquent aux ouvrières l’imminence de l’émergence d’une reine, ce qui leur permet d’avoir le temps d’interdire l’éclosion (Penick & Liebig 2017, Penick 2017, Fraval épingle 1155).

Après la mort de la reine, un tournoi permet la mise en place d'une nouvelle reine (Opachaloemphan et al 2021, voir de Vevey 2021)

Une particularité surprenante : les reines après l'accouplement voient leur cerveau fondre de 25% (Penick et al 2021). Voir Farah 2021 : "Au sein de leurs colonies, si la reine meurt, les ouvrières organisent des compétitions étranges lors desquelles la gagnante prend le rôle de monarque et se voit donc capable de produire des œufs. Les ovaires de la femelle victorieuse se dilatent et son cerveau se rétrécit jusqu’à 25 %." "Dans le monde animal, un tel niveau de plasticité, c’est plutôt unique. Surtout pour de la plasticité [dite] réversible », explique Clint Penick, auteur principal de l’étude qui a révélé cette découverte" "Tous les membres d’une colonie de H. Saltator peuvent se reproduire. Toutefois, ce n’est possible que si un individu remporte la série interminable de démonstrations de domination organisée après la mort d’une reine. Semblables à des combats de joute miniatures, les fourmis se relaient pour se donner des coups secs et rapides avec leurs antennes. Près de la moitié de la colonie peut prendre part à ces combats qui peuvent durer jusqu’à quarante jours. L’ensemble des fourmis, exception faite de la gagnante, poursuit sa vie d’ouvrière." "Les chercheurs ont aussi démontré que la production de venin s’arrête chez ces fourmis aux allures de reine. Elles changent également de comportement : elles se cachent des intrus et cessent tous leurs comportements de chasse."
Dans cet article on voit aussi les profils très différents d'hydrocarbures des ouvrières et gamergates avec une "phéromone royale" le 13-23-diméthylheptatriacontane (13,23C37). Les gamergates "reversed" qui avaient développé leurs ovaires mais remises dans la colonie reprennent le profil d'une ouvrière. Voir aussi Mayer dans Futura.sciences du 17 avril 2021

Voir
- CNRS Presse (1006) Comprendre l'évolution des reines et des ouvrières chez les Fourmis cnrs.fr, 1 février 1996, p. www.cnrs.fr/Cnrspresse/n17a8.html. Lien
- de Vevey, M. (2021) Ces fourmis organisent des tournois pour déterminer leurs nouvelles reines. sciencesetavenir.fr 24 février 2021. Lien
- Farah, T. (2021) Ces fourmis peuvent faire rétrécir ou grossir leur cerveau tout au long de leur vie. nationalgeographic.fr 14 avril 2021
- Fraval, A. (2017) Goût de princesse. Inra.fr/opie-insectes, 2017, p. http://www7.inra.fr/opie-insectes/epingle17.htm. Pdf
- Mayer, N. (2021) Ces fourmis peuvent faire rétrécir ou repousser leur cerveau ! futura-sciences.com 17 avril 2021.
- Opachaloemphan, C., G. Mancini, N. Konstantinides, A. Parikh, J. Mlejnek, H. Yan, D. Reinberg and C. Desplan (2021). Early behavioral and molecular events leading to caste switching in the ant Harpegnathos. Genes & Development. doi: http://www.genesdev.org/cgi/doi/10.1101/gad.343699.120. .
- Peeters C., Bert Hölldobler. Reproductive cooperation between queens and their mated workers : the complex life history of an ant with a valuable nest. PNAS (Proceedings of the National Academy of Sciences of the United States of America) (1995), vol. 92, n° 24, pp. 10977-10979.
- Penick, C. (2017) Chez les fourmis, un message chimique pour politique natale. sciencesetavenir.fr, 6 mai 2017, p. https://www.sciencesetavenir.fr/animaux/chez-les-fourmis-un-message-chimique-pour-politique-natale_112693. Pdf
- Penick, C. A., M. Ghaninia, K. L. Haight, C. Opachaloemphan, H. Yan, D. Reinberg and J. Liebig (2021). Reversible plasticity in brain size, behaviour and physiology characterizes caste transitions in a socially flexible ant (Harpegnathos saltator). Proceedings of the Royal Society B: Biological Sciences 288(1948): 20210141. doi: doi:10.1098/rspb.2021.0141.
- Penick, C. and J. Liebig (2017). A larval 'princess pheromone' identifies future ant queens based on their juvenile hormone content. Anim Behav 128: 33-40.