Odontomachus fourmis à mâchoires-pièges et catapulte (trap-jaw ants)

Alain Lenoir, mis à jour le 21-Nov-2018

Les mandibules d'Odontomachus se ferment en 0,13 millisecondes à la vitesse de 320 km/h. C'est l'organe prédateur le plus rapide et cela permet aussi à la fourmi de se catapulter très vite en cas de danger (Larabee et al 2015, Le Monde 2015). En fait, elles relâchent de minuscules verrous qui bloquent leurs mandibules préarmées, ce qui leur permet de tuer une proie ou de sauter en arrière pour échapper à un prédateur comme un fourmilion. Plus de détails sur MyrmecoFourmis.

(Le Monde 20 mai 2015)

Dans Pour la Science Sheila Patek (2016) compare la frappe éclair de la crevette-mante à d'autres animaux comme la fourmi Odontomachus qui est la plus rapide avec certains termites, avec une accélération record de 67m/s. Pdf
Voir sur Youtube une vidéo.

- Les Odontomachus en Floride sont chassées par Formica archboldi qui utilise l'acide formique. Les Formica collectionnent les têtes de leur victimes. Elles ont la même odeur que leurs proies (hydrocarbures cuticulaires), ce qui leur permet de passer inaperçues. Voir Prédateurs de fourmis

Voir
-
Dailygeekshow (2018) Ces fourmis terrifiantes décapitent leurs victimes afin de collectionner leurs têtes. Dailygeekshow.com, 21 novembre 2018, p. https://dailygeekshow.com/fourmi-formica-archboldi-crane-proie-collection/ Avec vidéo
- Larabee, F. J. and A. V. Suarez (2015). Mandible-Powered Escape Jumps in Trap-Jaw Ants Increase Survival Rates during Predator-Prey Encounters. PLoS ONE. 10: e0124871. 10.1371/journal.pone.0124871
- L@ fourmi (2014) Les fourmis "pièges à machoîres" ont un record de la vitesse ! MyrmecosFourmis.fr, 22 avril 2014.
- Le Monde (2015). Une fourmi catapultée par ses mandibules. Le Monde Science et Médecine 20 mai. p.6. Pdf

- Patek, S. (2016). la frappe éclair de la crevette-mante. Pour la Science 465, juillet 2016: p. 50-58.
-
Smith, A. A. (2018). Prey specialization and chemical mimicry between Formica archboldi and Odontomachus ants. Insectes Sociaux in press. doi.org/10.1007/s00040-018-0675-y