Monomorium pharaonis - Fourmi des pharaons

Alain Lenoir Mis à jour 03-Nov-2019

Pour commencer un dessin d'un polonais dans les années 1998 (don Ewa Godzinska) :

Originaire sans doute de la région éthiopienne, mais c’est contesté. Elle vit dans les bâtiments bien chauffés des grandes villes (par exemple dans les hôpitaux). En régressions ? À Tours elle était présente dans les années 70 dans divers immeubles, mais semble avoir disparue. Le laboratoire de E.O. Wilson à Harvard a été envahi dans les années 60 par cette fourmi (pdf)

Les hydrocarbures de Monomorium ont peu d'héritabilité, ce qui semble indiquer qu'ils sont sujets à sélection. C'est sans doute ce qui explique qu'en élevage en laboratoire ils varient facilement (Walsh et al 2019).

Voir
- Spirals, livre de William Patrick (Houghton Mifflin, Boston 1983, non traduit) qui s'inspire des Monomorium qui transportent de la radioactivité. Pas lu..

- Walsh, J., L. Pontieri, P. d'Ettorre and T. Linksvayer (2019). Ant cuticular hydrocarbons are heritable and associated with variation in colony productivity. bioRxiv. http://dx.doi.org/10.1101/819870