Le sens de l'abstraction

Mis à jour le 13-Avr-2018

Au laboratoire CRCA de Toulouse, sous la direction de Martin Giurfa, on vient de montrer que les abeilles ont le sens de l'abstraction. Elles sont capables de distinguer deux figures géométriques (Communiqué de presse CNRS, Science et Vie, août 2012). Mieux on leur apprend des choix complexes comme "mieux que", "meilleur que", "plus grand que" (Science et Vie janvier 2016). M. Giurfa explique que les abeilles sont capables d'apprentissages complexes comme une règle abstraite non linéaire. Fantastique. Dans cet article un neurobiologiste de Californie, David Anderson, n'hésite pas à se qualifier de "psychologue pour mouches". En effet les mouches sont capables d'émotions de base comme la peur comme l'expliquait Florence Rosier en mai 2015.. Avec 900 000 neurones elles peuvent faire aussi bien que les humains !

Des apiculteurs pensent que leurs abeilles les reconnaissent. Et même quand l'apiculteur décède, selon des traditions populaires courantes, il faut mettre un crèpe noir dans le rucher pour les informer et qu'elles "fassent leur deuil" sinon le rucher périclite...

Et les fourmis ? pas encore d'expériences dans ce domaine mais elles font certainement aussi bien!

voir :
- Leur cerveau en dit long sur nous. Science et Vie janvier 2016, n°1180: p. 72-77. Pdf
- Donnars O. (2012). Même les abeilles maitrisent les concepts abstraits. Science et Vie, août 2012, p. 15. Pdf
- Elsa Champion (2012). Les insectes sont capables d'élaborer des concepts abstraits. Communiqué de presse CNRS, Paris, 20 avril 2012
- Rosier, F. (2015). L'ombre de la peur plane sur la mouche. Le Monde Science et Médecine 20 mai. p.3. Pdf