Déclin des insectes 

Alain Lenoir mis à jour 03-Jul-2021

Le déclin des insectes est confirmé. La disparition des insectes sur la planète. Bel article d'australiens dans Biological Conservation, ils font une revue de la littérature mondiale et c'est catastrophique : 40% des espèces sont concernées. Les pesticides néonicotinoïdes et le fipronil introduits depuis les années 90 ont des effets dévatasteurs, incluant les oiseaux qui ne trouvent plus d'insectes (syndrome du pare-brise, que je signale plus haut). On sait peu de choses sur les fourmis (Sanchez-Bayo et Wychyus 2019, voir articles du Monde). Selon France24 c'est "Près d'un tiers des espèces d'insectes sont menacées d'extinction, s'alarment les auteurs d'une synthèse, à paraître en avril. Soit le plus massif épisode d'extinction depuis la disparition des dinosaures.". Stéphane Foucart (2019) parle d'une étude publiée dans Nature (Seibold et al 2019) qui confirme une nouvelle fois ce déclin pour les prairies et forêts en Europe, avec toutes les conséquences sur les insectivores. Voir le livre L'adieu aux insectes ? Pourquoi ils disparaissent (2020), de Vincent Albouy, Pierre-Olivier Maquart et Denis Richard. Paul Eggleton (2020) fait le bilan de l'état des populations d'insectes sur tous les plans : agriculture, urbanisation, pesticides et pollution, pertes d'habitats et réchauffement climatique. Les fourmis représenteraient 70 millions de tonnes, plus que les termites. Les fourmis sont cités comme utiles pour la dispersion des graines et comme détritivores et prédateurs.

Pourtant le déclin des insectes est controversé depuis un article dans Science qui parle d'un accroissement des insectes aquatiques (van Klink et al 2020) et la réponse de Desquilbet (et al 2020). C'est discuté dans PNAS (n° spécial janvier 2021) et même considéré comme faux par Grandcolas dans les CR Acad Sciences (Jactel et al 2021). Voir Foucart 2021a, 2021b, Boulben 2021 et Veyrieras (Le journal du CNRS 2021). Stéphane Foucart fait le point suite à l'avis de l'Académie des Sciences le 26 janvier 2021 (Jactel et al 2021). Il rappelle les liens de l'ESA (Entomological Society of America) avec l'agrochimie et cet organisme scientifique disait qu'on ne savait pas assez sur le déclin des insectes pour le confirmer. Il signale un aspect nouveau sur le déclin des pollinisateurs : entre 2007 et 2019 sur des millions d'articles de presse ou de dépêches d'agences, 0.02% évoquent les pollinisateurs et seulement 0,007% leur déclin. Il conclut "L'avis des académiciens n'en est que plus précieux." Finalement l'académie des sciences ne serait pas qu'un groupe de vieux retraités, elle s'est rajeunie avec l'arrivée de nouveaux membres.

Le déni des réalités scientifiques qui a le plus de succès est celui du déclin de la biodiversité et en particulier celui des insectes. Il faut rappeler que la biomasse d'insectes volants dasn une soxantaine de zones protégées en Allemagne est de 75% entre 1989 et 2016. Un autre exemple est celui des monarques qui ont chuté de 99,9% sur la côte ouest américaine depuis 1980. Et de grandes revues publient des études relativisant toutes les données de chute de la biodiversité et que l'effondrement de l'entomofaune est très exagéré... (Foucart 2021c).

Le déclin massif des insectes menace l'agriculture (Foucart 2014). En Allemagne on a estimé à 80-90% la perte de la quantité d’insectes piégés en forêt entre 1989 et 2013. Les vers-luisants semblent être affectés de manière considérable (Vogel 2017). Ces données ont été présentées plus récemment et mieux exploitées en statistiques dans un article de Plos One pour 63 zones protégées en Allemagne (Hallmann et al 2017, l'article de Vogel n'est pas cité !!; voir Foucart 2017 et Fraval 2017, voir Binhas 2019). La disparition des insectes met en péril la pollinisation de 80% des plantes sauvages (Garric 2017). D'ailleurs il suffit de regarder le pare-brise et la calandre des voitures pour constater qu'ils restent propres (signalé aussi par Martin van Lexmond (dans Foucart 2014) - c'est le syndrome du pare-brise). Pourtant cette année en juin 2017, il y a eu une explosion des insectes volants comme ont pu en témoigner les chasseurs de papillons de nuit, et j'ai même vu quelques rares vers-luisants alors qu'ils sont signalés comme en disparition (par exemple par Pasolini en 1975, Nicolino et Veillerette 2018, p.8). Dans ce même livre (p.13), les auteurs remarquent que Fabre à partir de 1879 à l'Harmas trouve facilement des quantités d'insectes. Il semble aussi que le nombre d'éphémères qui sortaient en masse début juillet soit en diminution drastique. Dans les années 1960 avec l'utilisation massive du DDT on a assisté à un effondrement massif des éphémères dans les lacs états-uniens. Puis à une remontée lente après l'interdiction du DDT (voir Le printemps silencieux de Rachel Carson et l'article de Vinciane Despret -2020- sur des mondes sans oiseaux). Mais saison 2 avec l'utilisation massive des néonicotinoïdes depuis les années 2000 on a à nouveau un effondrement spectaculaire (Herzberg 2020). On va pouvoir parler du syndrome de l'éphémère.

  

Disparition des vers-luisants :  

En 1960, Luc Aubert, dans l'Atlas des Coléoptères de France (p. 17) est étonné par la quantité de vers luisants qu'il peut voir la nuit.. Ce n'est plus le cas aujourd'hui..

Dessin de S. Millet (Le Monde 20 oct 17) :        

- Le syndrome du pare-brise (Ça m'Intéresse janvier 2020, p.24)

Les insectes pollinisateurs comme les abeilles solitaires ou les bourdons sont menacés. En Europe, sur les 68 espèces présentes, 30 sont en recul ou menacées d'extinction (Le Hir 2015). Le bourdon Bombus affinis en voie de disparition aux USA vient d'être classé comme animal à protéger par Barack Obama en janvier 2017 (Foucart 2017). En Europe il y a 123 espèces d'insectes protégés, soit 0,12% des 105 000 espèces connues, et ce sont les plus gros, les plus beaux qui sont protégés.. (Leandro et al 2017, voir Garric 2017). Il faudra changer de paradigme et "les protéger tous" selon Audrey Garric. L'éclairage nocturne artificiel est aussi néfaste pour la pollinisation nocturne. Le cirse maraîcher a une furtification réduite de 13% si on éclaire artificiellement le champ la nuit (Dabonneville 2017). Voir une carte de l'éclairage nocturne en France.

On estime que les araignées sont les principaux prédateurs d'insectes dans le monde, cela pourrait être 400-800 millions de tonnes par an (poids frais) ! Soit 1/1 000 de la production biotique primaire. En forêt tropicale on a 17.3 g /m2/an, dans nos régions cela tombe à 3.6 mais en zone de monoculture à 0.25 car les araignées n'ont pas le temps de se réinstaller (Nyffeler et Birkhofer 2017). Je crois surtout qu'en monoculture il n'y a plus du tout d'insectes !

Quelques fois on observe quand même des insectes rares comme la lucane cerf-volant (Sauvagnon 2 juillet 2021) :

Réf
- Binhas, R. (2019). L'extinction qui vient. Marianne 17-23 mai 2019: p. 20-22.
- Boulben, P. (2021) Que préconise l'Académie des sciences pour enrayer le déclin des insectes ? laouvelleerpublique.fr 27 janvier 2021. https://www.lanouvellerepublique.fr/a-la-une/que-preconise-l-academie-des-sciences-pour-enrayer-le-declin-des-insectes Lien
- Dabonneville, C. (2017). A bas l'éclairage nocturne. Espèces 25, septembre 2017. Pdf

- Desquilbet, M., L. Gaume, M. Grippa, R. Céréghino, J.-F. Humbert, J.-M. Bonmatin, P.-A. Cornillon, D. Maes, H. Van Dyck and D. Goulson (2020). Comment on “Meta-analysis reveals declines in terrestrial but increases in freshwater insect abundances”. Science 370(6523): eabd8947. doi: 10.1126/science.abd8947.
- Eggleton, P. (2020). The State of theWorld’s Insects. Annual Review of Environment and Resources 45: 61-82. doi: https://doi.org/10.1146/annurev-environ-012420-050035.
- Garric, A. (2017). L'hécatombe invisible. Le Monde 29-30 octobre 2017. p. 30. Pdf

- Foucart, S. (2014). Le déclin massif des insectes menace l'agriculture. Le Monde 25 juin. p. 6. Pdf

- Foucart, S. (2017). Le déclin des insectes atteindrait 80% en trente ans. Le Monde 20 octobre 2017. p. 6. . Pdf

- Foucart, S. (2019b). Requiem pour les arthropodes. Le Monde 12 novembre 2019. p. 26. Pdf

- Foucart, S. (2021). Vive controverse autour du déclin des insectes. Le Monde Science & Médecine. 20 janvier 2021. p.26. Pdf
- Foucart 2021. "L'Académie des sciences et le sombre destin des insectes". Le Monde 31janv-1févr 2021 Pdf
- Foucart, S. (2021c). L'aube du "biodiversité-scepticisme". Le Monde. 23-24-25 mai 2021. p.34.
- France24 (2019) Papillons, coccinelles, fourmis... une hécatombe sans précédent. france24.com, 12 février 2019, p. https://www.france24.com/fr/20190212-insectes-disparition-papillons-abeilles-coccinelles-extinction   Pdf

- Fraval, A. (2017) Désespérément propres. opie-insectes, Octobre 2017, p. http://www7.inra.fr/opie-insectes/epingle17.htm.

- Hallmann, C. A., M. Sorg, E. Jongejans, H. Siepel, N. Hofland, H. Schwan, W. Stenmans, A. Müller, H. Sumser, T. Hörren, et al. (2017). More than 75 percent decline over 27 years in total flying insect biomass in protected areas. PLoS ONE 12(10): e0185809. 10.1371/journal.pone.0185809. Libre de droits

- Herzberg, N. (2020). L'effondrement des éphémères, saison 2. Le Monde Science et Médecine 29 janvier 2020. p. 8.

- Jactel, H., J.-L. Imler, L. Lambrechts, A.-B. Failloux, D. Lebreton, Y. Le Maho, J.-C. Duplessy, P. Cossart and P. Grandcolas (2021). Insect decline: immediate action is needed. Le déclin des insectes : il est urgent d'agir. Comptes Rendus Biologie sous presse: 27p. https://doi.org/10.5802/crbiol.37. Pdf
- Le Hir, P. (2015). Climat : les bourdons perdent du terrain. Le Monde 11 juillet. p. 8. Pdf

- Leandro, C., P. Jay-Robert and A. Vergnes (2017). Bias and perspectives in insect conservation: A European scale analysis. Biological Conservation 215(Supplement C): 213-224. https://doi.org/10.1016/j.biocon.2017.07.033

- Sánchez-Bayo, F. and K. A. G. Wyckhuys (2019). Worldwide decline of the entomofauna: A review of its drivers. Biological Conservation 232: 8-27. https://doi.org/10.1016/j.biocon.2019.01.020

- Seibold, S., M. M. Gossner, N. K. Simons, N. Blüthgen, J. Müller, D. Ambarli, C. Ammer, J. Bauhus, M. Fischer, J. C. Habel, et al. (2019). Arthropod decline in grasslands and forests is associated with landscape-level drivers. Nature 574(7780): 671-674. 10.1038/s41586-019-1684-3

- van Klink, R., D. E. Bowler, K. B. Gongalsky, A. B. Swengel, A. Gentile and J. M. Chase (2020). Meta-analysis reveals declines in terrestrial but increases in freshwater insect abundances. Science 368(6489): 417-420. doi: 10.1126/science.aax9931
- Veyrieras, J.-B. (2021) Déclin des insectes : l’urgence d’agir. lejournal.cnrs.fr 26 janvier 2021. https://lejournal.cnrs.fr/articles/declin-des-insectes-lurgence-dagir
- Vogel, G. (2017). Where have all the insects gone? Science 356(6338): 576-579. 10.1126/science.356.6338.576