Fourmis charpentières

Alain Lenoir mis à jour 18-Aoû-2019

Les fourmis charpentières Camponotus vivent dans le bois.

Dans nos régions elles colonisent les arbres déjà un peu en décomposition. Selon Peter Wohlleben "Elles sont parmi les premières à arriver. Elles colonisent le bois vermoulu, puis le rongent et le mâchent pour construire des nids à l'aspect de carton. les parois intérieures sont imbibées de miellat... des champignons dont le réseau rigidifie la construction, se développent sur ce substrat." La fourmi charpentière Camponotus ligniperdus est-elle un danger pour les forêts de conifères ? En république tchèque, on a étudié les arbres qui ont été coupés par le vent, et il apparait que les Camponotus ne sont pas spécialement une cause de cette fragilité. Cela peut être un indicateur de la mauvaise santé de la forêt (Véle et Horák 2019).

Elles peuvent entrer dans les maisons et occasionner des dégats, mais surtout en Amérique du Nord. Au Québec on les appelle fourmi gâte-bois où elles semblent être un vrai problème.

En Asie du Sud-est (Thaïlande, Indonésie) Camponotus gigas est la plus grande formicine, les ouvrières major mesurent jusqu'à 21 mm et les soldates 28mm.

Des Camponotus gigas exposées par Coumes-Gauchet Alain (Mont de Marsan)

Voir
-
Véle, A. and J. Horák (2019). Space, Habitat and Isolation are the Key Determinants of Tree Colonization by the Carpenter Ant in Plantation Forests. Forests 10(630). doi:10.3390/f10080630
- Wohllenben, P. (2017). La vie secrète des arbres, Les Arènes. 268p.