Les services écosystémiques

Alain Lenoir Mis à jour 17-Jui-2020

Un concept assez nouveau, en tous cas pour moi : ce sont les bénéfices que les humains retirent des écosystèmes (Wikipédia). En anglais ecosystem services (ESs).

On applique cette notion aux insectes sociaux et c'est impressionnant. Dans une revue très large Elizalde et al (2020) font le bilan sur tous les plans : pharmaceutique (antibiotiques, anti-inflammatoires, venins), nourriture des humains (miel y compris des mélipones, termites, attines, oecophylles), divers (biofuel par les termites ?, cire, soie des oecophylles), bien sûr la pollinisation (60 espèces de fourmis, nombreuses abeilles, une guêpe), le contrôle biologique (oecophyles, Azteca, fourmis rousses, Solenopsis, et aussi abeilles et guêpes), la dispersion des graines, la bioturbation ou travail des sols (termites et fourmis), décomposition et recyclage des nutriments, indicateurs biologiques (pollution, restauration des habitats) et même littérature et culture (films, pratiques rituelles).

     

Voir
- Elizalde, L., M. Arbetman, X. Arnan, P. Eggleton, I. R. Leal, M. N. Lescano, A. Saez, V. Werenkraut and G. I. Pirk The ecosystem services provided by social insects: traits, management tools and knowledge gaps. Biological Reviews n/a(n/a). doi: 10.1111/brv.12616.
Pdf (libre accès)